La petite mort

Nos amis anglais parleront du « Climax »… Cette petite mort dont parfois le simple souvenir porte aux sens… Ah, combien sommes nous à nous souvenir de celui ou celle qui a su nous faire voyager encore plus loin par ses talents… Combien sommes nous à avoir trouvé la bonne personne, celle qui sait faire comme il faut, qui connaît les secrets, qui touche là où ça fait « waou-waou »… L’expression de nos visages à ces instants précis relève d’un secret bien gardé dont seul le, ou la, partenaire est témoin… En effet, il est rare qu’on puisse s’observer dans la glace à l’instant précis où les vannes se lâchent. Et bien parfois, il y a là un photographe adroit qui va tenter de saisir l’instant, de le fixer pour l’éternité. Je n’ose pas trop imaginer les réactions des intéressés en se retrouvant ainsi dévoilés. Mais en même temps je trouve qu’il y a là un terrain inexploré de soi, une image volée dont on ignore tout…

 

07-oct20a-0306

Le thème de l’orgasme a porté bien des textes et des chansons. L’imagination trouve soudain un surcroit d’adrénaline dès qu’il s’agit de chanter l’instant magique où les fusibles fondent et les défenses s’abattent…  L’expression est d’ailleurs très ancienne: Elle « date du XVIe siècle. A l’époque d’Ambroise Paré, père de la chirurgie moderne, on étudiait beaucoup l’anatomie, on désigna alors l’orgasme comme une petite mort de par le court évanouissement ou les frissons qu’il peut provoquer. »

Ainsi je vous propose cette belle chanson de « Cœur de pirate » au titre évident…

 

Bien sûr la liste des auteurs serait difficile à établir ici, d’autant que les mots choisis peuvent être changeants. François Ozon en a même fait un court-métrage… Georges Bataille ou Roland Barthes ont longuement traités la question…

Un magnifique livre existe sur ce thème. Vous en trouverez une présentation dans ce remarquable article. Il s’agit de « La petite mort » par Dian Hanson et Will Santillo aux éditions Taschen. Vous pouvez avoir un aperçu des photos en suivant ce lien vers le site très bien réalisé de Santillo !

 

page07

Mais afin de rester dans l’esprit du site, je préfère me tourner vers quelques lieux plus incongrus afin d’éclairer la galerie que je vous propose. Ce que je veux vous montrer c’est le visage de l’extase… Non point celle de Sainte Thérèse à Rome dont la flèche transperce le cœur et conduit le visage de la sainte, sculpté par Le Bernin, à prendre une expression si particulière, mais davantage celle du tout venant qui se lâche et traverse le guet en vibrant l’instant présent! Et là j’ai une petite trouvaille dont j’avoue être parfois friand…

 

1170836363555

 

Hysterical Literature est un projet mené par le réalisateur Clayton Cubitt (pas simple à porter en France un nom pareil…). Le jeu consiste à faire lire à une jeune femme un livre très sérieux tout en l’ayant équipé d’un petit objet vibrant en un lieu tenu secret mais où on imagine qu’il se plait bien… Il s’en suit des vidéos absolument délicieuses où l’on peut vraiment assister à la montée en puissance de la célèbre secousse. En suivant ce lien vous pourrez lire le résumé du projet en français et également visionner l’ensemble des vidéos. Je vous en propose une ci-dessous avec une jeune actrice du monde du X, du nom de Stoya, qui, si elle fait semblant, le fait d’une façon fort convaincante!

 

Bon, après cet exposé, je vous propose de voir la sélection de photos en rapport que j’ai pu faire. J’ai juste élargi mon propos aux « expressions du plaisir »… Il est en effet pas toujours évident de faire la part des choses, et nul n’est à l’abri d’une simulation involontaire…

Je ne précise plus comment s’y prendre puisque maintenant vous savez comment fonctionne le site. Je rappelle en revanche que ce n’est pas pour les enfants de moins de 18 ans et que les images, comme toujours, demeurent la propriété des auteurs… Merci de me dire si vous aimez en commentant ou en partageant… Vous pouvez même mettre des petites étoiles en fin de billet pour le noter….

 

Merci de voter pour ce billet !

2
Poster un Commentaire

Laisser un commentaire

  Subscribe  
Les plus récents Les plus anciens Les mieux notés
Être informé si
Briboceane
Invité

Que dire de plus ?
Que pour atteindre de tels degrés, il est nécessaire de prendre son temps dans la découverte de l’autre.
La pensée de Julien Green résume assez bien mes propos :
« Il y a bien autre chose derrière la sexualité.
Le corps a une ombre, l’âme a la sienne, on la connaît très mal. »