A une inhumaine

Murbo Dagldiyan – Ombres, lumière et beauté. Shadows, light and beauty..

 

Vainement ton orgueil veut cacher ta beauté :

Mon œil, toucher lointain, plein de flamme et d’extase,

Soulève le velours, perce les plis de gaze,

Et ton corps m’apparaît en pleine nudité

Comme le vendangeur, amoureux de ses vignes,

Parmi les pampres verts compte les grappes d’or,

Je visite les fruits de mon jeune trésor,

Te respire les fleurs qui parfument les lignes.

L’artiste et le poète ont seuls ce don charmant

De déchirer de loin les voiles et vêtement

Pour baiser au grand jour la beauté toute nue.

J’ouvre l’écrin vivant de tes secrets bijoux ;

Mes doigts semblent palper ta cuisse, tes genoux,

Et jusqu’au clitoris ma langue s’insinue. »

Henri Cantel. (1869)

Inhumaine1

Merci de voter pour ce billet !

Poster un Commentaire

Laisser un commentaire

  Subscribe  
Être informé si